Armoiries

Armoiries Blonay - Saint-Légier
Commune de Blonay - Saint-Légier

De gueules à deux coeurs de sinople bordés d'or évidés, entrelacés et l'un versé.

« Les coeurs entrelacés sont un symbole parlant pour une fusion » Olivier Delacrétaz, graphiste et héraldiste dans l’âme, a présenté au public le blason de la nouvelle commune lors des séances d’information organisées à St-Légier-La Chiésaz le 6 et à Blonay le 27 novembre 2019.
 
Nouvelles armoiries
Quel a été le processus d’élaboration des nouvelles armoiries ?

J’ai suivi la recette habituelle : rencontrer le comité de pilotage et le questionner, de manière à connaître la
situation politique et le sentiment des populations concernés; examiner les armoiries existantes et leur histoire;
digérer le tout; prendre du papier et un crayon; trouver l’idée, la réaliser et la rectifier selon les critiques.

Quels sont les éléments constitutifs d’un « bon » blason ?

Un blason doit respecter les règles formelles de l’héraldique concernant le traitement des partitions (divisions de l’écu), des pièces (éléments fixes), des meubles (éléments mobiles) et des émaux (couleurs et métaux). Il doit pouvoir être blasonné, c’est-à-dire traduit en texte. Inversement, il doit pouvoir être reconstitué, sans risque d’erreur, à partir de ce texte. Il doit être reconnaissable de loin, puisqu’originellement peint sur l’écu du chef militaire, il servait à rallier ses troupes. Il doit être simple, lisible, assez original pour éviter d’être confondu avec un autre et, si possible, de bon goût.
Pour les communes fusionnées, je me suis fixé une double règle supplémentaire : le nouveau blason doit évoquer les communes fondatrices tout en symbolisant avec force l’unité de la nouvelle entité.

Comment avez-vous choisi les symboles pour ce blason ?

Blonay a les deux coeurs en tête-bêche. Saint-Légier-La Chiésaz a la croix tréflée. Je ne voulais pas prendre les deux, pour éviter de donner le sentiment d’une simple association alors qu’il s’agit d’une fusion. Les deux coeurs de Blonay sont uniques dans les armoiries communales vaudoises (et bien au-delà), alors que la croix de Saint Maurice y est très répandue. L’organisation des émaux de St-Légier-La Chiésaz - un meuble de sinople (vert) bordé d’or (jaune) sur un champ de gueules (rouge) - est, elle aussi, unique dans le canton. J’ai donc fait la synthèse des deux originalités. Elle me semble répondre à la définition du « bon » blason dont vous parlez plus haut : lisible, simple et original. Ajoutons que les coeurs entrelacés sont un symbole parlant pour une fusion.

Article paru dans Trait-d'union n° 3 (Bulletin d’information sur le projet de fusion Blonay - St-Légier-La Chiésaz)